Sunday, 20 April 2008

why aren't you dancing

Ces deux derniers jours ont eu comme quelque chose de merveilleux. Pourtant, plus j'y réfléchis, moins j'arrive à me remémorer tout ce qui a bien pu se passer depuis vendredi. La première chose dont je me souviens c'est que je me suis retrouvée devant chez Edward, et que, personne ne répondant, j'ai cru un instant que tout le monde m'avait oubliée, mais c'est justement à ce moment là que Jeanne est arrivée et qu'Edward s'est décidé à m'ouvrir la porte. Une cigarette et un numéro de contorsionniste plus tard, Edward nous passe nos tenues de soirée; mini-shorts, petits maillots de foot moulants et chaussettes montantes, de quoi exciter la gent masculine, donc. On se retrouve tout à coup dehors, sous la pluie, et on suit Edward et son très(trop) petit et très seventies levi's jusqu'au local de répèt où on retrouve Max -qui a l'air défoncé, enfin je crois- et puis Sly arrive et sa basse et magnifique alors je scotche dessus pendant quelques minutes, et puis tout à coup on réalise qu'on est en retard alors on s'extirpe de cette cave.Sur le chemin on croise les filles, à qui on parle deux minutes, puis on achète à boire, puis on rentre, puis on mange, puis on entame la bouteille de gin et on prend le bus. On arrive au Transbordeur et je ne sais plus trop, on retrouve pas mal de monde, on boit, Matt me dit que j'ai une tapisserie sur le dos, et c'est vrai, et d'ailleurs il en a une aussi, et puis Laisy Daisy joue et je n'écoute pas, parce qu'il n'y a pas grand chose à écouter, alors on boit et Déjà Vu joue et je n'écoute pas, parce qu'il n'y a pas grand chose à écouter, et puis Music Is Not Fun joue et ça doit être la trentième fois que je les vois, et chaque fois c'est un peu plus drôle, toujours un peu plus de cris de groupies émoustillées et de petites culottes mouillées, et puis je suis bourrée, youpi. Je suis bourrée et Jeanne est bourrée et amoureuse des quatre minf à la fois et entre les concerts il y a plein de chansons (deux.) de groupes dans lesquels ont joué des gens avec qui j'ai joué, alors je pleure un peu sur l'épaule de Jeanne. Et puis Electric Soft Parade joue, et je regarde le concert calée au fond de la salle, complètement hypnotisée par les images qui passent en boucle derrière le groupe, et leur musique me retourne un peu, et c'est peut-être à cause de l'alcool mais peut-être pas, et puis on pars avant la fin pour ne pas louper le bus. Ensuite je me rappelle du Citron, de Florent qui, comme d'habitude, me dis que je suis merveilleuse, alors je lui réponds qu'il est merveilleuse également, et puis j'essaye de danser mais je suis trop fatiguée et je me souviens soudain que, de toute façon, je n'aime pas ça. Et puis je ne sais plus, il y a Julien qui est triste, et je n'ai toujours pas compris pourquoi, mais quand vers 4heures tout le monde s'en va il part avec Jeanne et moi et vient dormir à la maison. Samedi je ne sais pas, mais vers 18heures on se retrouve à nouveau au Transbordeur, dans les loges, à boire, et très vite tout le monde est d'humeur badine, alors on se met à inventer des chansons, Ian improvise au ukulele et Max tente de faire de la musique avec des bouteilles de bière, et Yoan fait la même tentative avec un paquet de chips, et moi je fume. Ensuite on va manger, et les Shades sont là, et Victor à une voix plus aiguë que celle de Jeanne, et on réorganise le catering qui n'est pas feng-shui, avant de remonter boire. Et puis c'est l'heure du concert et je suis défoncée, et tout le monde aussi, alors on monte sur scène, les garçons jouent, j'essaye de danser, mais comme j'ai l'impression que mon corps fond je n'y arrive pas, alors Jeanne se retrouve toute seule dans son mini-short à devoir assurer le show, pendant que je tente -en vain- de comprendre ce que peuvent bien signifier les signes que m'adresse William. On quitte la scène, on va fumer une clope, et tout d'un coup je me sens beaucoup moins défoncée, alors on remonte sur scène sur Technicolor Teenage Party, et on danse, je ne comprends rien à ce que je fais, mais je bouge à peu près, et puis je chante avec Tibo, et puis tout à coup le concert est fini, alors on se met à distribuer des autocollants, et pendant le concert toutes les filles du public sont manifestement tombées amoureuse de Sly et de ses airs de Syd Barrett; et elles ont bien raison, d'ailleurs. Ensuite, blablablah, Fake Oddity joue,et je n'écoute pas, parce qu'il n'y a pas grand chose à écouter, alors on se ballade en short, on bois, et, puisque l'alcool nous a fait perdre le sens commun, on se retrouve à chanter une chanson de Dave, et le pire, c'est que ça me fait rire. Marie et Marine débarquent, et puis c'est le concert des Shades, et ça, c'est juste dramatique. Ça m'as fait beaucoup de peine, cette histoire. Auditivement, surtout. Donc je bois. Bravo. Et je fume, aussi. Et on abandonne Dave pour les Doors, et ça passe beaucoup mieux. Et Tibo débarque avec le champagne. Youpi. Et tout à coup, miracle, les Shades ont arrêté de jouer, Marie et Marine de les insulter, et ça veut donc dire que c'est au tour d'A*song de jouer, alors je m'assieds en haut et j'ai la tête qui tourne sacrément -et des palpitations, un peu, mais ça, j'ai l'habitude- et le concert est dingue, je reste plantée en haut à me dire que quand même, putain; et puis je redescends, et tout à coup François, Matt et Faïk débarquent sur scène, et à partir de là, je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé, mais il y avait quelque chose comme 30 personne sur scène, ce qui -allez-savoir pourquoi- a provoqué chez moi un fou rire. Et puis je ne sais plus, le concert s'est fini sans que je m'en rende compte, la salle s'est vidée, les Shades se sont mis à improviser des chansons dans leur loge, et ce n'était pas très joli à voir, et puis on a cherché une voiture pour rentrer, et on a pas trouvé, pas même en proposant de payer en nature, alors on est parties avec Sly, on a cherché à prendre des vélos, on n'a pas réussi, on a cherché à prendre un taxi, on n'a pas réussi, et on a réussi par se faire prendre en stop, sans même avoir eu le temps de chercher à le faire. Donc on s'est retrouvés au Citron. Et c'était blindé. Et Edward m'as payé à boire. Et Julien et Valentin sont arrivés. Et Victor Shades a essayé de nous expliquer sa vision de la musique. Et ça manquait quelque peu de crédibilité. Et puis Miguel s'est fait draguer par Etienne Shades, qui lui même s'était fait tripoter par Edward, et tout à coup, je me suis sentie entouré de gays. Et puis toutes ces conneries ont duré jusqu'à 5 heures, lorsque Fred a fini par fermer, alors on a pris le métro et on est rentrées, pendant que Clarisse et Apoline se faisaient péter le cul par je ne sais quels Shades, et Jeanne les a bien insultées. Amen.
Et depuis, j'ai oublié de dormir, je crois.




2 comments:

CHV. said...

tu écris divinement. merci de m'avoir mis dans tes liens (mon autre blog, walk over london), je suis un peu touchée, venant de toi.

Londres said...

je viens de tout lire (j'avais du retard) et c'est comme avant du brouillon et c'est exquis je sais pas mes impressions sont assez confuse smais je sais que j'aime, voilà .

E.